10km-geneve-2017

A l’occasion de la 13ème édition du Marathon Harmony de Genève pour l’Unicef, qui s’est déroulée le week-end du 6-7 mai 2017, j’ai renoué avec un 10 km sur route, une distance que je n’avais pas couru depuis 2012, en 33’29.

Depuis le semi-marathon de New-York du mois d’avril, la forme est au rendez-vous et je comptais bien battre mon temps réalisé sur la Prom’ Classic en 2012.

10km-geneve-marathon-2017

Le parcours du 10 km nous a fait traverser différents quartiers de Genève, en commençant par Chêne Bourg, puis Vandoeuvres avec les 5 premiers kilomètres en légère montée, et les 5 derniers kilomètres très roulants avec une grande descente vers le lac pour finir sur les berges. L’arrivée était prévue à la tombée de la nuit au bord du lac, dans le Jardin des Anglais.

Le temps était pluvieux et frais. L’échauffement s’est bien passé. Le départ de la course se faisait dans une artère d’un quartier résidentiel, il y avait de nombreuses petites ruelles sans issues, ce qui m’a permis de faire mes accélérations sans aucun problème. D’ailleurs c’était marrant de voir les coureurs s’approprier chaque allée pour leurs échauffements.
L’ambiance générale était très bonne et très familiale. Nous étions environ 2500. Il y avait un SAS pour les coureurs de -45’ mais sans aucune vérification de dossard. Tout le monde se plaçait un peu oú il le souhaitait. Pour ma part, je m’étais placé le plus proche possible de la ligne de départ afin de ne pas être gêné par la foule.

Pan! Le coup de feu est donné. En moins de 1 seconde, j’ai franchi la ligne de départ et réussi rapidement à me faufiler sur le côté gauche de la route pour prendre ma place dans le peloton de tête.
Très rapidement, nous étions 4 athlètes à se détacher de la foule, puis après environ 800 m de course, un des concurrents a lancé une franche accélération et nous a laissés à environ 50 m derrière lui. Au passage du 1er kilomètre, ma montre a sonné: 3’14! J’ai tout de suite compris pourquoi le concurrent avait accéléré, nous étions bien trop lents et j’ai à mon tour fait une accélération pour me mettre dans le bon rythme et tenter de le rattraper.

Autour de moi, il y avait des vélos, des motos avec des caméras embarquées, un peu comme lors des grands marathons ou du tour de France où les caméramans se mettent au plus près des coureurs pour retransmettre la course pour les spectateurs à l’arrivée. J’ai essayé de faire abstraction de cette effervescence pour rester dans ma course, mais c’était quand même assez distrayant. Après 3 km, les motos ont commencé à disparaître pour rattraper la tête de course, me laissant seul avec un ouvreur en vélo. C’était très agréable d’avoir quelqu’un qui m’encourageait, me tenait informé de mon retard sur le premier et surtout qui me prévenait en sifflant à chaque changement de direction.
J’ai vraiment apprécié les différents supporters sur le bord de la route qui m’encourageaient par mon prénom après l’avoir lu sur mon dossard.

Au passage de la mi-course, la montre indiquait 16’34. Je me suis un peu affolé même si je savais que la première partie du parcours avait un dénivelé positif: pour descendre sous les 32’, il allait falloir que j’accélère le rythme dans la deuxième partie.

Toujours sous une fine pluie, j’ai entamé la descente vers les berges du lac Léman. Je ne voyais à présent plus le premier de la course, mais je ne désespérais pas à l’idée de réduire l’écart entre nous. La Rampe de Cologny était très abrupte pendant presque 2 km. Lors des changements de direction, j’étais obligé de monter sur les trottoirs pour ne pas perdre de vitesse et surtout pour éviter de glisser sur les différentes bandes de signalisation au sol.

Arrivé sur les berges, je suis passé au 8ème kilomètre en 25’ et des brouettes, ce qui m’a laissé espérer de voir les 31’ à l’arrivée. Je n’avais plus qu’à me concentrer sur le vélo et allonger ma foulée. Lorsque je suis passé au 9ème kilomètre (en 28’36), j’ai réalisé qu’en plus de terminer 2ème de la course, j’allais réussir mon objectif. Je voyais au loin l’arrivée, il y avait de plus en plus de monde qui applaudissait. A 400 m de l’arrivée, le vélo s’est arrêté sur la gauche pour me laisser le chemin libre. La dernière ligne droite était digne d’une fin de 1500m, à fond les ballons!

10km-geneve-harmony-2017

J’ai franchi la ligne 2ème en 31’33, (première fois que je réalise un chrono en dessous des 32′) à une quarantaine de seconde du premier (30’49) et à pratiquement 1’ du 3ème (32’26). A l’arrivée, on m’a informé que la remise des récompenses se fera à 21h. Je fais rapidement un passage au ravitaillement pour reprendre de l’énergie et je m’en vais retrouver mes supporters du jour: Nara, Giovanni et Isabel qui avaient patienté toute la course sous la pluie et que je remercie pour les encouragements.

Le temps de refaire la course tout en me changeant, nous nous dirigeons vers le podium. La remise des récompenses s’est déroulée sur la chanson de Pirates des Caraibes dans le noir et sous la pluie. Dommage que les spots de l’organisation n’étaient pas allumés.

Le lendemain, on inversait les rôles, c’était au tour de Nara de courir et de terminer son premier marathon!

marathon-geneve-2017

Remerciement
Un grand merci au restaurant/pizzeria La Romana de Genève pour le repas d’avant course!

Résumé de la course en vidéo réalisé par Léman bleu:

  • 5

    Note globale

  • Évaluations des lecteurs: 1 Votes

Partager

Vous aimerez sûrement