boston valentine invitational 2017

C’est sans aucun doute la compétition intérieure la plus impressionnante et la plus relevée à laquelle j’ai participé depuis mes débuts en athlétisme. À mon arrivée dans la salle, les gradins étaient autant remplis que l’aire d’échauffement au milieu de la piste.

En une demi journée passée dans la salle de Boston University, j’ai dû assister à pas loin d’une centaine de courses. Il y avait assez de coureurs pour faire 45 séries de 400m, 26 séries de miles (1,604m) et 12 séries de 3000m. Les séries s’enchaînaient à une vitesse impressionnante. Pour optimiser le temps entre les séries de 400m (2 tours de piste), seules les 3 premières avaient “la chance” de pouvoir partir en starting block. Pour tous les autres athlètes, c’était un départ en mode 800m. Avec JF (mon entraîneur) et Patrice, nous nous sommes amusés à calculer le temps entre deux départs de 400m et il fallait en moyenne 1’12 pour faire partir une course, la finir et faire partir la suivante! Une machine bien rodée.

L’attente

Après avoir passé l’après-midi à regarder l’enchaînement des courses, le stress de la première compétition de l’année s’était presque estompé.
Les courses du 3000m étaient prévues à 18h35. Il y avait 12 vagues de prévues et 181 athlètes d’inscrits (rien que ça). Avec mon temps d’inscription (8’44”10), j’avais le 164e temps d’engagement et j’allais donc compétitionner dans les dernières vagues. Comme partout, avant chaque course, les officiels appellent chaque coureur par ordre de vagues – de la première à la dernière – afin d’attribuer un numéro qui correspond à sa place de départ. Généralement, l’attente ne dure pas très longtemps (toujours relatif aux nombres de participants) mais cette fois, il y a avait tellement de vagues et de coureurs (16 par courses en moyenne), que j’ai eu le temps de voir les deux premières courses de 3000m avant de connaître ma vague et mon numéro.

Naak Boston University

Enfin le départ!

Environ 1h30 après le départ du premier 3000m, j’allais enfin pouvoir courir. Vague 9, numéro 13. Pas vraiment le temps de réfléchir sur la ligne de départ que la course était déjà partie – les starters américains ont la gâchette facile!

Mes premiers tours de piste ont été un peu hésitants. J’ai essayé de rapidement me placer au sein du groupe de coureurs mais sans vraiment y arriver. Passage au premier 1000m en 2’56, je faisais le yoyo dans le pack, sans vraiment trouver ma place. Même si j’étais détendu, le manque de compétition et de confiance m’a fait hésiter à accrocher les premiers. Chose bête car les allures étaient les mêmes qu’à l’entraînement.
Le deuxième kilomètre est passé sans encombre. Toujours placé en milieu de peloton, j’ai réussi à accélérer un peu le rythme (2’53).
C’est à 3 tours de la fin que je suis rentré dans mon “sprint” de fin course afin d’essayer de gagner des places. Après un bon dernier tour, j’ai terminé 5e en 8’38”79, améliorant de 5 secondes mon record personnel.

Ce fut un excellent week-end pour une première compétition de l’année, mes deux partenaires d’entraînement ont eux aussi amélioré leurs records, et l’ambiance avec les autres coureurs du Canada – qui avaient fait le déplacement – était vraiment bonne avant, pendant et après les courses, ce qui donnait presque l’impression de courir à la maison.

Une compétition qui est définitivement à refaire l’année prochaine si l’occasion se présente. En plus avec mon nouveau chrono, je serais sûrement dans la série 8 🙂 !

Résultats des 3000m

  • 0

    Note globale

  • Évaluations des lecteurs: 0 Votes

Partager

Vous aimerez sûrement