nyc united half marathon 2017

Le week-end dernier, j’étais à New-York pour participer à mon premier semi-marathon : le United Half Marathon.

J’allais avoir la chance de pouvoir parcourir New-York en courant dans Central Park, entre les buildings de Time Square et vivre l’ambiance d’une course sur route dans l’une des plus célèbre ville du monde!

La veille de la course était dédiée à la préparation de la course. L’organisation avait donné rendez-vous aux coureurs au « United Airlines NYC Half Experience Presented by New Balance » pour récupérer leurs dossards ainsi que de toutes les informations pour la course. J’étais content de savoir que j’allais prendre le départ dans le sas AA, placé juste derrière les coureurs élites et que j’étais dans le même sas que mon ami Patrice. Même si je n’avais pas d’objectif de temps, terminer sous les 1h12 (3’24/km) m’aurait fait plaisir pour une première expérience sur cette distance.

NYC half marathon 2017

Le jour J!

Le départ était prévu à 7h30. Le réveil a sonné 4h50. Nous avions planifié de nous lever assez tôt afin de pouvoir manger et digérer correctement. Dans l’incapacité totale de me réveiller, j’ai tout juste réussi à manger les ¾ d’une banane avant de me rendormir pour finir ma nuit. Le vrai réveil a été celui de 5h50.
Au lever du lit, les jambes avaient l’air fraîches et j’étais excité de prendre le départ.
6h30, après quelques photos pour immortaliser le moment, c’était l’heure de partir direction Central Park,à quelques blocs de l’hôtel. J’ai embarqué deux bouteilles, une d’eau et une de Gatorade pour rester hydraté jusqu’au départ. L’attente dans le sas s’annonçait un peu longue et froide.

A la sortie de l’hôtel, il n’y avait pas grand monde dans les rues, mais plus on s’approchait de l’entrée, plus l’effervescence augmentait. Des milliers de coureurs et coureuses faisaient la queue pour passer à travers les portiques de sécurité.

J’ai été surpris de la fluidité et de la rapidité pour arriver dans le SAS, qui été d’ailleurs bien rempli 30min avant le départ.

Une bonne leçon:
Ne pas se débarrasser trop tôt des affaires pour rester au chaud. La prochaine fois je les garderai pratiquement jusqu’au départ. Sûrement dû au stress, je m’étais déshabillé trop tôt et j’ai perdu toute la chaleur que j’avais accumulé durant mon échauffement.

Départ de mon 1er semi-marathon!

Les filles élites ont ouvert le bal en partant 10 min avant nous. Le directeur de NYRR (New York Road Race) a pris la parole pour nous souhaiter une bonne course avant de donner le départ. La corne a résonné, et c’était parti!

Les sensations étaient bonnes dès les premiers mètres mais j’ai senti que je n’étais pas assez réchauffé pour vraiment partir au rythme que j’aurai souhaité. j’ai quand même pu rapidement accrocher un groupe de 4 coureurs, ce qui m’a permi de me cacher un peu du vent. Le premier kilomètre est franchi en 3’25 d’après ma montre. C’était un peu lent mais je ne me suis pas trop affolé car les premiers 10 km du parcours allaient être assez vallonnés et il y avait de nombreux virages et changements de direction. Il fallait que j’en garde sous le pied pour la deuxième partie de parcours qui allait être beaucoup plus roulante.

Les premières cotes du parcours ont fait rapidement leur apparition et vers le 3ème kilomètre, je me suis retrouvé un peu seul car les coureurs avec lesquels j’étais parti m’ont rapidement distancé.

J’ai passé les premiers 5 km en 16’50. Je ne me suis pas arrêté au ravitaillement mais je leur ai fait signe pour les remercier de leurs encouragements. Lorsque je suis arrivé au 10km, j’avais le sourire en voyant les buildings de Time Square apparaître devant moi. Les sensations étaient toujours bonnes et je savais que j’allais pouvoir commencer à augmenter le rythme. J’ai passé la borne en 34’02. C’était vraiment bien d’avoir tous les 5 km une borne avec le temps officiel affiché..

A l’arrivée à Times Square, l’ambiance avait radicalement changée. On était passés de quelques supporters souvent regroupés près des ravitaillements à une marée humaine d’encouragements. De la musique, des écrans géants, j’ai eu du mal à rester concentré sur la course tellement il y avait d’effervescence. .

Avec l’euphorie générale et le faux plat descendant de la 7th avenue vers le fleuve, j’ai volontairement accéléré pour rattraper le coureur devant moi. Je l’avais dans ma ligne de mire depuis un petit moment et j’attendais ce moment de la course pour enfin le rattraper.

La dernière ligne droite.. de 10 km

En entrant sur le bord du fleuve, le parcours offrait une ligne droite à perte de vue. Cela m’a beaucoup aidé pour me focaliser sur les coureurs devant moi.

Malgré le changement de rythme de 3’24 à 3’15 en l’espace de quelques centaines de mètres, j’étais surpris de mes sensations. J’étais détendu, les jambes répondaient toujours et les coureurs devant moi étaient de plus en plus proches.
J’ai franchis le panneau du 15 km en 50’44. Tout allait super bien. Le soleil a commencé tout doucement à chauffer, le léger vent de Central Park se trouvait dans le dos, et il y avait toujours quelques encouragements pour ne pas s’endormir. J’ai réussi à doubler un second coureur aux alentours du 17ème kilomètre.

Après le passage du 19ème kilomètre, j’ai commencé à avoir une envie soudaine de franchir la ligne d’arrivée. Les deux derniers kilomètres allaient être longs. Surtout que les coureurs disparaissaient de ma vue. C’est en voyant le tunnel que j’ai compris pourquoi. C’était la première fois que je courais dans un tunnel aussi long et c’est dans le tunnel que j’ai passé la borne du 20 km en 1h07’02.

Le dernier 1.1km a été très difficile, car à la sortie du tunnel, il y avait un faux plat montant qui m’a littéralement coupé les jambes. En haut de la “cote” j’ai aperçu le panneau 400 m. J’ai tenté d’accélérer sachant qu’il restait seulement “un tour de piste” mais les jambes ne répondaient plus. Les organisateurs avaient placé une borne avec le chrono juste avant le dernier virage ce qui m’a donné un coup de boost.

En passant l’arche d’arrivée, j’étais très satisfait de ma course et je l’ai encore plus était en voyant le chrono affiché sur ma montre : 1h10”33!, 52ème de la course et 1er Français. Contrat rempli.

NYC half marathon finish

Malgré mon manque d’expérience sur la distance, je suis vraiment satisfait de ma course et j’ai déjà hâte de revenir l’année prochaine pour essayer d’améliorer ce chrono!

Remerciements spéciaux
Côté entraînements, merci à Jean-François Martel pour son coaching quotidien ainsi qu’au club Les Vainqueurs.
Côté santé, un grand merci à Wlad de Zéro Tension Massage pour les soins de massothérapie qui me permettent de performer et de prévenir les blessures.
Côté nutrition, merci à Naak pour m’aider à récupérer avec leurs barres protéines à la poudre de grillons et l’Épicerie futée pour leurs conseils nutritifs.
Côté personnel, merci à Nara que j’aime.

  • 4.8

    Note globale

  • Évaluations des lecteurs: 3 Votes

Partager

Vous aimerez sûrement