blessure

Il n’y a jamais de bon moment pour se blesser, mais lorsque cela arrive avant une grosse échéance, c’est vraiment rageant. Cela fait maintenant 5 semaines que je ne me suis pas entraîné et que j’ai dit au revoir à une saison estivale qui s’annonçait très intéressante.

Après une belle saison d’hiver, j’étais de retour sur la piste avec une bonne préparation, une grosse motivation et de bonnes chances d’aller plus vite que l’année dernière sur mes distances de prédilection : le 800 et le 1 500m. J’avais enchaîné de bonnes séances et des sorties longues comme rarement avant, durant ma petite carrière de coureur.

Malgré tout, le dimanche 17 mai ma saison s’est brusquement arrêtée. À la fin d’une séance de renforcement musculaire, j’ai senti un pincement dans l’aine. A chaque fois que je me tournais et que je sollicitais les abdos du côté gauche, la gêne faisait son apparition. Par contre lorsque je restais droit, aucune douleur. Il m’arrive d’avoir des douleurs passagères donc je ne me suis pas alarmé tout de suite et j’ai continué à m’entraîner sans savoir que j’empirais la situation.

Après discussion avec mon entraîneur, massothérapeute et une échographie, le diagnostic est tombé : déchirure abdominale entre l’oblique et le grand droit. Prescription: arrêt obligatoire de la course et de tout sport qui sollicite les abdominaux, de 4 à 6 semaines. En apprenant la nouvelle, j’ai tout de suite ressenti de la tristesse et de la frustration.: c’est un peu comme apprendre et réviser toute l’année pour un examen et avoir un trou de mémoire le jour J. Le résultat ne valide pas l’année; je ne saurai donc jamais ce que les chronomètres auraient affiché en fin de saison.

« Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure manière d’aller de l’avant ». Paolo Coelho

Voilà donc 5 semaines que je n’ai pas fait de sport et je commence sincèrement à trouver le temps long. Il y a des blessures où il est possible de faire de la piscine, du vélo ou du renforcement musculaire tout en laissant passer le temps, mais il est difficile de trouver une activité qui ne sollicite pas les abdos.

Cependant, bien qu’il soit difficile de voir les autres athlètes réaliser de bonnes performances lors des différentes courses (d’ailleurs je les félicite et les encourage pour les prochaines compétitions!), cela me donne encore plus le goût de repartir m’entraîner et de réaliser de nouveaux chronos!

Ça sera pour l’année prochaine !

Crédit photo : notre-planete.info

  • 0

    Note globale

  • Évaluations des lecteurs: 0 Votes

Partager

Vous aimerez sûrement

Un commentaire

  1. 29 juin 2015 at 22 h 32 min

    Effectivement la frustration est bien là. Mais cette frustration va te permettre d’aller chercher encore plus loin. La patience et la determination sont là donc profites et rdv en fin 2015 ou début 2016.

Les commentaires sont fermés.